Ferrandi : "Vous devez apprendre aux gens à vivre ensemble"

Le président Claude Ferrandi s'est longuement entretenu dans l'émission C'est le Foot d'hier sur Alta Frequenza concernant la situation sportive du Sporting, le mercato jugé peu convainquant et la mise en place du futur centre de formation.

Claude Ferrandi ©Icon Sport

"On est au travail pour rectifier les choses qui ne vont pas. J'espère que samedi sera le nouveau point de départ d'une série positive. Pas mal d'éléments sont venus nous perturber. Je persiste à dire que ce n'est pas une crise. Quand on n'est pas bien on attire le mauvais. C'est ce qui est arrivé avec les cartons, les blessures.

L'analyse des circonstances, c'est ce qui fait prendre une décision. Quand quelque chose ne va pas, limoger l'entraîneur n'est pas la solution. La première fois qu'on l'avait fait, c'était un peu à contre-courant de limoger Stéphane Rossi puisqu'on n'était qu'à notre deuxième défaite. Mais ce n'était pas la défaite, mais l'analyse des circonstances. Aujourd'hui, on s'est dit que ce n'était pas le problème du coach, c'est un problème plus global. C'est une somme de détails qui ont rendu les choses un peu compliquées. Vous devez apprendre aux gens à vivre ensemble, à jouer ensemble les uns pour les autres. Je n'ose pas imaginer que les joueurs ne font pas le maximum. Depuis le début de saison, je voulais qu'on soit parfaitement intraitable à domicile. C'est loupé aujourd'hui. Pour autant, je ne mets pas tout à la poubelle. Il n'y a pas un problème d'entraîneur."

 

Claude Ferrandi évoque le mercato estival jugé peu convainquant pour le moment, ainsi que les départ de Frank Magri et Kévin Van Den Kherkhof.

"On a peut-être fait des mauvais choix. On s'est peut-être trompé sur certains cas. Mais je ne suis pas prêt à tirer le bilan aujourd'hui. La saison dernière le mercato était aussi décrié. (On disait que) Frank Magri venait de National 2 donc on avait fait n'importe quoi, que Van Den Kherkhof venait du Luxembourg. Et ce sont les deux joueurs qui ont été vendus et qui ont ramené le plus d'argent au Sporting. Ca ne veut pas dire qu'on va tirer juste à chaque fois. On était peut-être à la recherche de trop de perfection (pour remplacer Frank Magri). Avec les mêmes qualités physiques et mentales. On a peut-être été trop attentistes en éliminant les profils, en cherchant trop la perfection.

La blessure de Dumè Guidi nous a fait très mal, ça a créé une sorte de paralysie chez nous. Je reconnais qu'on n'a peut-être pas été actifs comme il aurait fallu l'être. On a perdu du temps avec des promesses : l'accord intervenait puis des choses étaient modifiées. Concernant Nicolas Pallois c'était très compliqué. Le transfert aurait pu se faire pour zéro euro, mais il a un salaire absolument intouchable. Sauf s'il y a un accord de toutes les parties."

 

Le cas Dimitri Liénard

"Dimitri Liénard s'est expliqué, je pense que ça a permis de crever l'abcès, de repartir de zéro sur certains points. Dimitri a eu une baisse de régime, ce qui a pu provoquer une incompréhension et une colère chez nos supporters. Quand Dimitri va revenir à son meilleur niveau, tout sera rentré dans l'ordre. C'est un garçon intelligent, attachant, un excellent joueur de foot. Il n'y a pas de raison."

 

Des renforts attendus

"Kennedy Boateng (défenseur central à l'essai, ndlr) ne sera pas retenu. Il manquait peut-être d'un peu de préparation. Il ne fallait pas se précipiter. D'autres pistes sont en cours. Il y a même une piste sur laquelle on a fait une offre ferme. Si c'est possible le joker sera utilisé."

 

Facinet Conte, la bonne pioche

"Facinet Conte ayant du temps de jeu, il restera au Sporting vraisemblablement pour la durée de son contrat (1 an + 1 an en option). C'est un joueur pour lequel on a mobilisé beaucoup d'énergie pour qu'il signe au club. C'est un peu du même accabit que Jocelyn Janneh, qui n'a quasiment pas eu de temps de jeu la saison dernière car l'équipe tournait bien."

 

L'objectif du centre de formation du SCB

"On vient de signer pour 1 M€ de travaux pour notre centre de formation à Borgo. On a eu la visite de la DTN la semaine dernière pour faire en sorte de faire notre demande d'agrément. Cette demande passe par la Fédération, qui valide la structure organisationnelle : infrastructures, éducateurs... Les contraintes sont assez lourdes et onéreuses, mais il faut le faire. Il y a ensuite un audit en deuxième partie de saison sur les infrastructures et la prise en charge des jeunes, qui constituent notre centre de formation. On va faire notre demande d'agrément avant le 31 octobre. Il y aura un terrain synthétique, un terrain pelousé, un club house, un parking."

 

 

> Le podcast de l'émission C'est le Foot : cliquez ici

Vous pourriez aimer...